Logo OtheatrO
badge premium Affiche du spectacle 'Dîner en ville'

Dîner en ville

du 11 mars 2018 au 01 avril 2018

Durée: minutes - à partir de 8 ans

  • Les Contemporains

La Colline – Théâtre national

15 rue Malte-Brun 75020 Paris

700 places environ


Donner mon avis   |  lire les avis (2)

Synopsis du spectacle

Rite social hérité du dîner de cour et transposé à l'aristocratie, capté par la haute bourgeoisie et copié par les nouveaux riches, le dîner en ville aura connu bien des aléas

Jusqu'à voir aujourd'hui certaines catégories sociales le dynamiter, créer leurs propres codes, inventer de nouveaux snobismes.
Rituel indissociable de l'art du dialogue et du trait d'esprit, le dîner en ville porte dans son code génétique l'usage de la civilité, où le non-dit s'y entend mieux que les propos les plus appuyés, pour devenir le théâtre essentiel de la construction des dominations.

Au menu, Christine Angot aborde les notions de pouvoir et d'engagement dans le contexte d'une élection présidentielle française. Le texte est situé dans " l'avant " de cette élection, et dans le fantasme des résultats. Et l'action sert de cadre à la situation personnelle de Cécile, Stéphane et des autres. Un Dîner en ville pour "nous" mettre en scène dans notre réalité quotidienne et affective, dans nos silences, nos absurdités, nos contradictions, nos lâchetés et nos faiblesses.


Auteur(s) : Christine Angot

Artiste(s) : Jean‑Pierre Malo, Julie Pilod, Djibril Pavadé, Valérie de Dietrich, Noémie Develay-Ressiguier, Emmanuelle Bercot

Metteur(s) en scène : Richard Brunel


Vidéos

Articles

Avis des internautes

Dîner en ville

diner en ville

bon moment

audrey, le 17 mars 2018

Dîner en ville

Moi, pas beaucoup aimer Angot…

Subtile mise en scène de Richard Brunel, fine, intelligente et pleine de malice, qui m’a réconciliée le temps d’une soirée avec Christine Angot. Son empathie manifeste irradie sur les exceptionnels comédiens qui s'accaparent la névrose de l'auteur pour la transfigurer en un univers sensible et cohérent. L’omniprésent être de rage et de larmes de Christine Angot hante cette pièce (comme à l'accoutumée...) sous les traits de son double (incarné avec talent par Emanuelle Bercot) et on aura droit (aussi) à ses légendaires crises d’hystérie, sous les deux formes qu’on lui connaît. Un clone d’Angot à l’Odéon, celui-ci à la Colline : s’autocloner avec une telle frénésie de son vivant, cela frise le génie. Ridicule-qui-ne-tue-pas à part, c’est une aspiration légitime à l’ubicuité. À la fin c’est tellement vertigineux qu’on n’en revient pas. (À l’avant-première de l’Odéon, Christine Angot était assise pile devant moi, je craignais succomber au mal de mer de tant de mise en abîme…) Allez voir pour savoir : une personne en perpétuelle représentation d'elle-même, ça vaut le voyage !

Oana, le 29 mars 2018

Spectacles similaires

Mère de deux enfants, abandonnée par son mari, Gervaise travaille dur pour ouvrir sa propre blanchisserie. A force d’efforts, elle trouve à se remarier. Mais voilà un accident, pas...


« À partir du mois de septembre l'année dernière, je n'ai plus rien fait d'autre qu'attendre un homme : qu'il me téléphone et qu'il vienne chez moi. […] »


Inscrivez-vous à la newsletter

Recevez chaque mois des offres sympas et des conseils pour vos sorties théâtre

(promis, pas de Spam, et vous pouvez utiliser le lien de désabonnement intégré dans nos newsletters)