Logo OtheatrO
badge premium Affiche du spectacle 'La double inconstance (ou presque)'

La double inconstance (ou presque)

du 03 mars 2018 au 25 mars 2018

Durée: 90 minutes - à partir de 8 ans

  • Les Contemporains

Théâtre Gérard Philipe CDN

59 boulevard Jules Guesde 93207 Saint-Denis

400 places environ


Donner mon avis   |  lire les avis (1)

Synopsis du spectacle

Sylvia aime Arlequin, qui l’aime en retour. Mais le Prince tombe amoureux de Sylvia ; il l’enlève et l’enferme dans son palais.

Puis il envoie Flaminia à la conquête d’Arlequin. Les jeunes amants se laissent subjuguer par leurs nobles et riches séducteurs.
Dans leur double inconstance, ils se révèlent cruels et égoïstes.
Marivaux cisèle une heureuse issue, puisque les coeurs savent s’enflammer plusieurs fois…

Personne n’est réellement dupe. Sous le langage galant, la violence des rapports est exacerbée. Car ce que Marivaux ne cesse de dénoncer, c’est l’abus de pouvoir : des hommes sur les femmes, des riches sur les pauvres.
L’enjeu de ces joutes – amoureuses, sociales – est la possession des corps. La destruction est possible, souhaitée, voire fascinante pour les personnages. Il y a du Laclos, pour ne pas dire du Sade, chez Marivaux.

Pour autant, il ne s’agit pas pour Jean-Michel Rabeux de « verdir » particulièrement le propos. Il aborde cette nouvelle création avec l’intention de la rendre la plus accessible possible. Pas d’érotisation superflue, pas de provocation inutile, mais de la liberté ! L’ambiguïté des genres, la pudeur et l’impudeur, le travestissement seront présents, puisqu’ils sont inhérents à l’oeuvre du dramaturge. Les acteurs familiers de la compagnie joueront cette partition savante dans un décor onirique aux allures palatines, un labyrinthe d’escaliers dont on ne peut s’échapper.


Auteur(s) : Marivaux

Artiste(s) : Christophe Sauger, Roxane Kasperski, Hugo Dillon, Claude Degliame, Aurélia Arto, Morgane Arbez

Metteur(s) en scène : Jean-Michel Rabeux


Vidéos

Articles

Avis des internautes

La double inconstance (ou presque)

Des liaisons dangereuses (ou presque)

Une profondeur surprenante ! Marivaux comme nous ne l’avions jamais entendu… Jean-Michel Rabeux ouvre la boîte de Pandore des marivaudages, on y découvre sidérés tout ce qu’on n’y avait jamais vu auparavant : que des tiroirs à double fond. C’est toujours drôle et on rit – mais au fond c’est pas gai, c’est malheureux à en mourir et poignant jusqu’à l'amer. Magistral !

Oana, le 05 mars 2018

Spectacles similaires


Plus rien à perdre... Fabrice Eboué se lâche comme jamais dans ce nouveau spectacle.


Inscrivez-vous à la newsletter

Recevez chaque mois des offres sympas et des conseils pour vos sorties théâtre

(promis, pas de Spam, et vous pouvez utiliser le lien de désabonnement intégré dans nos newsletters)