Logo OtheatrO
badge premium Affiche du spectacle 'Nous sommes repus mais pas repentis (Déjeuner chez Wittgenstein)'

Nous sommes repus mais pas repentis (Déjeuner chez Wittgenstein)

du 08 mars 2018 au 17 mars 2018

Durée: 175 minutes - à partir de 8 ans

  • Les Contemporains

Théâtre de Gennevilliers (T2G)

41 avenue des Grésillons 92230 Gennevilliers

350 places environ


Donner mon avis   |  lire les avis (1)

Synopsis du spectacle

Dans cette adaptation très personnelle de la pièce de Thomas Bernhard, Déjeuner chez Wittgenstein, Séverine Chavrier met en scène un féroce jeu de massacre en forme de « crépuscule des idoles »

Rien ne résume mieux, peut-être, l’univers familial qu’une salle à manger. Pour Voss, personnage central de Déjeuner chez Wittgenstein, c’est précisément de la salle à manger qu’est parti « tout le mal ». « Tout ce qui était de quelque valeur a toujours été noyé dans les soupes et dans le sauces », éructe-t-il. Cet espace, habituellement considéré comme convivial, Thomas Bernhard en fait le champ de ruines d’une catastrophe d’autant plus calamiteuse qu’elle est à la fois générale et intime. Ce n’est donc pas sans raison que Dans nous sommes repus mais pas repentis (Déjeuner chez Wittgenstein), Séverine Chavrier plante clairement le décor en installant les héros au milieu d’un sol jonché de vaisselle brisée. C’est ainsi au sein même du chaos que se donnent libre cours la rage et les imprécations de Voss dont l’énergie destructrice invente un art singulier de l’éclat jusqu’à s’en prendre à la notion même de théâtre. Mais dans sa virulence et ses excès cette colère apte à brûler aussi ce qu’elle aime témoigne surtout d’un humour d’autant plus revigorant qu’il n’épargne rien ni personne.


Auteur(s) : Thomas Bernhard

Artiste(s) : Les élèves du Conservatoire de Musique, Laurent Papot, Séverine Chavrier, Marie Bos

Metteur(s) en scène : Séverine Chavrier


Vidéos

Articles

Avis des internautes

Nous sommes repus mais pas repentis (Déjeuner chez Wittgenstein)

Telle guerre, telles armes

Un grand auteur, une mise en scène outrancière et des comédiens hors pair, l’artillerie lourde du théâtre au service d’un sujet violent et dérangeant mais remarquable de profondeur. C’est intense et viscéral, ça déborde de hargne et d’acrimonie, un perpétuel règlement de comptes avec la famille et le passé, l’histoire et la religion, l’art et l’ordre établi. Une insoutenable escalade de la haine aux résonances profondément actuelles.

Oana, le 19 mars 2018

Spectacles similaires

14 avril 1912 à 23h40, le Titanic coule avec à son bord Giovanni Pastore chargé de nettoyer les 3177 cuillères à dessert pour les passagers de première classe.


Un amour passionnel ravagé par une société moraliste.


Inscrivez-vous à la newsletter

Recevez chaque mois des offres sympas et des conseils pour vos sorties théâtre

(promis, pas de Spam, et vous pouvez utiliser le lien de désabonnement intégré dans nos newsletters)